Essais.

Présentation.

Au premier contact l’Aro a une belle bouille. C’est un modèle 1997, d’un très beau vert métallisé équipé de toutes les options, Pare buffle, grille de feux arrière, protections latérales et galerie. Cette dernière sera démontée dés la prise de possession du véhicule. A l’intérieur les choses diffèrent un peu. Le tableau de bord est vieillot bien que complet. Il manque toutefois une console centrale avec emplacement pour l’autoradio. Heureusement le volant d’origine a été remplacé par un « Kamey » ergonomique à quatre branches qui égaille un peu l’atmosphère. Une fois le trousseau de clefs en main on reconnaît bien vite l’origine que ne peut renier notre véhicule. Ce sont bien des clefs de Renault.

Installé au volant la position de conduite est bonne pour un petit gabarit (je culmine à 1 m 68). Les sièges sont fermes et passablement confortables. Ils manquent toutefois d’un peu plus de maintien latéral, et fatiguent sur les longs trajets. Les comodos sont d’apparence fragile et peu pratiques d’utilisation, quant à la clef de contact elle ne rentre que dans un sens. Attention en entrant. Si le comodo des phares et en position « veilleuses »le genou a une fâcheuse tendance à venir le heurter ce qui déclenche l’avertisseur bien entendu.

 

 Conduite.

                Sous la pluie l’Aro n’est pas assez étanche. Les joints de portières laissent l’eau pénétrer dans l’habitacle, et en cas de forte pluie se sont des trombes d’eau qui s’écoulent de la gouttière.

Contact. Le moteur est bruyant et vibre mais le mal s’estompe dés que l’on embraye et que l’on passe la première ultra courte. Les vitesses passent comme sur un camion des années soixante, aussi dures mais précises. On ne rate aucun rapport. Après 1500 kilomètres d’utilisation les vitesses passent très bien. Il s’agit donc d’une adaptation à la boite. Seul persiste un problème de verrouillage de la troisième. Il faut bien pousser le levier vers l’avant sinon on se retrouve au point mort après quelques centaines de mètres. Le tout c’est de ne pas passer les vitesses à la volée. Ce n’est quand même pas une sportive, on vous l’a dit et répété !

Sur route une fois le quatrième ou le cinquième rapport enclenché la voiture est agréable. Plus aucune vibration ne vient perturber la conduite et le Trappeurs se coule impeccablement sur la route. Malheureusement aux alentours de cent kilomètres  heure la direction vibre, mais cela doit venir d’un mauvais équilibrage des roues et ce devrait être corrigé rapidement. Coté confort, les suspensions filtrent bien les inégalités de la route. Même les nids de poules se passent sans problème. Mais n’exagérons pas il vaut mieux éviter les nids d’autruches. La cavalerie est légère sous le capot mais de toutes façons l’Aro n’incite pas à la conduite sportive. Attention quand même au fortes cotes, il faut de l’élan et ne pas hésiter à passer en quatrième, pour ne pas avoir à se mettre en troisième à vingt kilomètres heure. Installé à son volant on a plus envie de flâner que de faire des chronos.

Après un équilibrage des roues la direction c’est effectivement faite plus précise, et plus souple également suite à une monte de pneus en 225/70/15. Le plus grand développement des pneus lui permet également de mieux aborder les cotes

La conduite de nuit est agréable. Les quatre phares de la calandre remplissent bien leur fonction, les lampes de phares de code européen 45.50 w. ayant été remplacées par des halogènes 55.60 w. Les antibrouillards avants et arrières sont efficaces et les deux feux de recul sont puissants et permettent vraiment des marches arrières de nuit. Seule ombre au tableau, c’est le cas de le dire, l’éclairage des instruments de bord est faible sur la partie supérieure, et les divers voyants (chauffage et autres allume-cigares) rendent l’âme les uns après les autres.

Les freins demandent également un temps d’adaptation. A la moindre pression sur la pédale les quatre roues se bloquent. Sur le sec il n’y a pas de problèmes mais sur le mouillé les choses se corsent et l’arrière a la fâcheuse tendance à vouloir dépasser l’avant.

En conduite tout-terrains enfin car c’est la raison d’être du Trappeurs, le bilan est globalement positif. Sur terrain sec tout d’abord, la progression se fait sans problème en 4x2 pratiquement de partout. Sur la neige ou sur terrain gras, il vaut mieux passer en 4x4 à moins d’être un adepte de la marche en crabe. La réduction n’est que rarement utilisée mais est vraiment efficace. En 4x4 courte on se sort sans problème de n’importe quel obstacle, à condition d’avoir réussi en l’enclencher, car, petite ombre au tableau il faut un sacré doigté pour manier le petit levier du réducteur.

Globalement le bilan est plutôt positif. On n’hachette pas un Aro pour escalader les trottoirs des Champs Elisés ni pour pulvériser les records de vitesse  sur l’autoroute du sud. On hachette un Aro pour faire du tout terrain, et personnellement je trouve ses prestations excellentes, et je regrette que ce véhicule soit si peu connu car tous ceux  qui m’en ont parlé ne m’en ont dit que du bien. Les pannes que j’ai connues sont vraiment bénignes et les grosses pannes décrites par d’autres possesseurs d’Aro ne les ont pas poussés pour autant à s’en séparer.

 

Chargement.

        Le volume de chargement est conséquent comparé à beaucoup d’autre 4x4 trois portes sans avoir besoin de rabattre la banquette. Le cache bagages souple très pratique. Par contre je déconseillerais de rabattre la banquette. L’opération est  faisable mais oblige d’avancer les sièges au maximum ce qui implique une conduite coller au volant très désagréable. Le plus simple consiste à démonter la banquette,(cela ne prend que très peu de temps et est faisable même seul) à condition d’avoir un endroit pour la stocker. Une fois la banquette dégagée on a affaire à un volume de chargement digne d’un utilitaire.  Petit défaut , le porte roue s’ouvre du côté du trottoir.

Points forts.

 Points Faibles

 Rapport qualité prix.

 Volume de chargement.

 Esthétique extérieure.

 Banquette arrière peu pratique.

 Utilisation T.T.

 Esthétique tableau de bord.

 Instrumentation complète.

Ouverture porte roue coté trottoir.

 Consommation réduite

Puissance du moteur atmo un peu juste.

Rustique, donc facile à réparer.

 

 

32 votes. Moyenne 2.28 sur 5.

Commentaires (4)

1. chouilla03 21/06/2009

j'en ai eu un pendant 6 ans.
en tt il est super,sur la route ça vaut pas un clou.beaucoup de petits problemes à répetition.

2. olivier 28/07/2009

bonjour
moi jai le trapeur 1.9L diesel
sai super en 4x4
il faut quand meme lui faire attention
sinon avec des bon pneu sa passe super bien
jai dessus des extreme forest et la sai le top on passe sen forcer
apres un aro sai abordable au niveau prix
pour debuter sai bien et en plus celui qui connais la mecanique sa aide encore plus
salutation[

3. roguet 25/12/2011

bj ce qu oi comme moteur sur un aro trappeur de 1993 et je peut monter qu oi comme boite de vitesse merci

4. lemoine 07/02/2012

bonjour
j'ai un plateau 2 essieux a tirer
le aro en est t'il capable
salutations

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Site créé par Cévennes Média

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×